Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 15:00

http://images.bidorbuy.co.za/user_images/848/269848_090414110620_Ps2_Spiderman_2_front.jpg

On continue le dossier "De mon histoire avec les GTA-like", inauguré par la première et la deuxième parties centrées sur les trois jeux Driver.

 

Les GTA-like ne sont pas des jeux cantonnés à l'univers "gendarmes et voleurs". Si c'est le cas de la série des GTA, des Driver, de True Crime, de Mafia et, dans une certaine mesure de Bully (ou Canis Canem Edit, selon les éditions), qui mettaient en scène un héros dans un monde un tantinet réaliste, héros plus souvent tourné vers le mal que le bien (sauf quand on vous offre le choix, comme dans True Crime où règne le système bon flic/mauvais flic), d'autres jeux ont tenté d'élargir le concept vers des horizons plutôt nouveaux afin de donner un coup de fouet à un genre où les softs moyens et médiocres sont plus nombreux que les bons et excellents.

 

Tel est le cas des jeux de superhéros et notamment du jeu Spider-Man 2, adaption du film éponyme (que je considère comme le meilleur épisode des trois films), sorti durant l'été 2004 (déjà six ans, le temps passe vite!).

 

Indubitablement, Spider-Man 2 est un GTA-like dans le tradition pur jus. Mode libre, quête principale, nombreuses quêtes secondaires incluant la recherche d'items cachés (à la manière des paquets des GTA, qui ont fait criser pas mal de joueurs pour atteindre les célèbres 100 %), difficile de ne pas faire le rapprochement. Mais jeu grand public oblige (même si bizarrement interdit aux moins de 12 ans), il n'est pas ici question de faire le vilain en tuant tout ce qui bouge avec les pouvoirs de l'Homme-Araignée. Dommage d'ailleurs.

 

Je reste quand même étonné de cette interdiction aux moins de 12 ans. Le jeu n'est pas plus violent que le film, lui-même déjà bien épuré (la scène la plus violente, à savoir celle du réveil de Doc Ock, est filmée sans que n'apparaisse la moindre goutte de sang).

 

Revenons-en au jeu en lui-même. Contrairement au premier jeu où l'on ne pouvait se contenter que de voltiger au-dessus des plus hauts gratte-ciels, et ce sans grand réalisme (Spidey s'accroche-t-il aux nuages où je rêve?), Spider-Man 2 agrandit considérablement le terrain de jeu. Les rues sont maintenant accessibles, et on y voit les piétons vacant à leurs occupations ainsi que les automobilistes. New York grouille, et est plutôt fidèlement reproduite, avec ses monuments emblématiques (Empire State Building, Statue de la Liberté, Chrysler Building...).

 


 

S'y ballader est ainsi un vrai plaisir, et c'est là qu'on sent toute l'influence de GTA dans le soin apporté au mode libre (encore appelé free mode ou "bac à sable"), tant et si bien qu'on peut passer un certain temps à ne faire que se balancer entre les immeubles. Car, de ce côté-là, il faut avouer que les développeurs ont mis le paquet sur la maniabilité du héros lors de ses déplacements. Lancer une toile, s'y accrocher, sauter d'immeuble en immeuble, grimper sur les murs, etc... La sensation d'être Spider-Man n'a jamais été aussi forte que dans ce jeu. Le héros se déplace avec classe, grâce et élégance. Agile, rapide, souple... Le manipuler est particulièrement jouissif. Pour exemple, grimper au sommet du plus haut building de la ville, et s'en jeter en se raccrochant au dernier moment, procure un sentiment agréable de puissance.

 

http://www.the-nextlevel.com/reviews/xbox/spider-man-2/spider-man-2-f.jpgPour continuer sur les bons, les musiques, bien que différentes de celles du film composées par le grand Danny Elfman, donnent le ton et sont bien dans l'ambiance comics. Niveau doublage, si on retrouve les voix françaises de Tobey Maguire, Kirsten Dunst et Alfred Molina, l'interprétation est assez moyenne. Les pires voix sont sans doute celles des passants et autres personnages, surjoués au possible.

 

Ca se gâte aussi particulièrement du point de vue des graphismes. Non pas que le jeu soit moche. La taille de la ville et la fluidité de l'ensemble excusent des graphismes assez sommaires. Mais le pire revient sûrement à des visages atrocement moches (Harry et Mary-Jane) et redondants (les passants et bandits se ressembent tous).

 

Le sentiment de répétition ne concerne pas que les graphismes puisque les missions en elles-mêmes sont assez peu variées. Leur nombre est assez impressionnant, il faut le dire, mais à part ça, c'est toujours la même chose.

 

La trame principale, de loin la plus variée, se boucle assez rapidement, si on exclue la difficulté engendrée par les affrontements avec Doc Ock et certains boss (Mysterio, Shocker).

 

Les missions secondaires donnent toujours lieu aux mêmes combats de rue répétitif où Spider-Man se bat toujours dehttp://images.techtree.com/ttimages/story/sp2ps212.jpgla même façon contre les mêmes bandits. Egalement, il faut toujours aller récupérer le ballon du gosse trop con pour le garder plus de cinq minutes, et sauver l'ouvrier blessé ou sur le point de chuter d'un immeuble.

 

Les autres modes sont loin d'être plus originaux, puisque sont essentiellement des courses de vitesse, ou la recherche d'items cachés (les jetons gratte-ciels, les jetons secrets, etc).

 

Pour finir néanmoins sur une note positive, Spider-Man 2 reste malgré tout un jeu correct. Malgré ses nombreux défauts, il n'en possède pas moins des qualités indéniables qui en font un bon soft devant lequel passer un certain nombre d'heures, sans trop se lasser.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

QStainer 16/08/2010 14:15


Je réagis par rapport à ta stupeur face à l'interdiction aux moins de 12 ans. Les comités chargés de mettre ces classifications sont de véritables abrutis, pour te donner une idée Harvest Moon qui
est un jeu super mignon de fermier à pris -12 ans parce que tu peux accidentellement tenter de traire un taureau, et ils ont vus là une allusion sexuelle... Tu peux aussi boire des jus énergisant
ce qui est selon eux une EVIDENTE incitation à la consommation d'alcool et de produits dopants ...