Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 12:00

http://www.web-libre.org/medias/affiche-films/8710ef761bbb29a6f9d12e4ef8e4379c.jpg

Nouvelle dédicace à Miss Los Angeles. Tu as beau m'avoir dit que tu avais tout lu (tu dois être l'une des rares), tu n'auras jamais fini de tout lire tant que j'aurai en tête des sujets sur lesquels déverser mon venin purificateur! Es-tu prête à poursuivre l'aventure? Biz.

 

Matrix Revolutions (ou Matrix 3). Le mal aimé de la trilogie. Un troisième épisode une fois de plus boudé (normal, c'est un troisième épisode!). Boudé à raison? Il y a une certaine époque, j'aurais dit oui. Je me rappelle de l'ancienne critique que j'avais écrite dessus à l'époque de sa sortie (ça date) et où j'avais été assez incendiaire.

 

Matrix 3 a subi un traitement particulier. Alors que je me suis lancé dans le visionnage des deux précédents épisodes avant de lire ces critiques explicatives (celle-ci et celle-là), j'ai fait le contraire pour Matrix Revolutions en ayant lu la critique qui lui était consacrée en premier.

 

De ce fait, j'ai (presque) pu apprécier ce film à sa juste valeur (si valeur il y a). Lorsque j'étais allé le voir au ciné, il m'avait tellement laissé un mauvais souvenir que je n'avais jamais osé le remater. J'avais d'ailleurs été surpris que mon frère l'achète en DVD il y a quelques années alors que Matrix Reloaded correspondait plus à ses goûts (plus d'action, etc.). L'erreur fut rapidement réparée puisque je lui ai offert Matrix 2 au Noël d'il y a deux ans (c'est dommage d'avoir les épisodes 1 et 3 d'une trilogie sans avoir le 2).

 

Lors du second visionnage, et avec les éclaircissements apportés par la critique dont j'ai mis le lien ci-dessus, j'ai donc été en mesure de comprendre plus que la dernière fois (où je n'avais vraiment rien compris). J'avoue sans honte que, sans ces explications bienvenues, Matrix 3 serait resté le film obscur pour lequel j'ai dépensé le prix d'un ticket de ciné (qui me paraît extraordinairement pas cher à l'époque, avec le recul).

 

Je savais par exemple que le nom des personnages avait un sens, mais de là à faire le rapprochement avec la mythologie indienne, bouddhiste, ou je ne sais quoi, jamais ça ne me serait venu à l'esprit. Et c'est peut-être pour cette raison que Matrix Revolutions a mal été reçu. Quitte à faire des références, autant qu'elles soit accessibles au plus grand nombre. Si on pouvait facilement faire le lien entre Trinity et Trinité, celui avec Rama et la septième réincarnation du dieu Vishnu (!) est quelque peu plus ardue.


http://images2.fanpop.com/images/photos/6800000/The-Matrix-Revolutions-Poster-the-matrix-6856285-511-755.jpg

Cela confirme cependant le fait que la trilogie Matrix est légèrement prétentieuse, puisque mon petit discours sur  la signification cachée des noms sous-entend qu'il faut être un érudit des religions pour comprendre le film. Pour des spectacles qui ont été vendus comme accessible à tous les publics, ça reste tout de même assez moyen (ou alors les promoteurs se sont gourrés sur l'intention initiale des réalisateurs, ce qui ne serait pas la première, confère Batman Returns de Tim Burton qui est tout sauf un spectacle tout public).

 

Il n'empêche que j'ai mieux vécu le visionnage de Matrix Revolutions que celui des deux précédents opus. Incompréhensible, d'autant plus que c'est celui devant lequel je m'étais le plus emmerdé la première fois, je le rappelle. Il est vrai aussi que Matrix 3 est moins axé sur les personnages et plus sur l'action non stop qui, cette fois, est pleinement justifiée (contrairement à Matrix 2), ce qui est plus pratique pour comprendre les enjeux qui, eux, ne sont pas bien compliqués (la guerre entre les humains et les machines qui atteint son point d'orgue).

 

Matrix Revolutions fait aussi moins dans l'esbrouffe que son prédécesseur. L'affrontement sur Zion est violent, sanglant, humain, relativement réaliste (pas de bullet-time intempestif, des personnages qui se font charcuter vifs, etc), de même que les courses-poursuites en vaisseaux (de loin les passages que j'ai le moins appréciés, mais la musique vive et cuivrée de Don Davis m'a aidé à faire passer la pilule).

 

La scène qui a le plus fait parler d'elle, c'est sans conteste le combat final entre l'agent Smith et Neo, digne de Dragon Ball Z (référence assez évidente), également la scène d'action la plus "matrixienne" de la trilogie toute entière (à outrance, devrais-je dire, puisque on bouffe du bullet-time et des combats aériens pendant presque dix minutes). La scène de trop, dirons-nous, même s'il faut avouer que ça décoiffe pas mal sur grand écran, et que la musique (Neodammerung) est instantanément devenue culte, avec ses choeurs puissants et son orchestre déchaîné.

 

 

Seulement, un tel spectacle, aussi difficile à comprendre soit-il, peut être qualifié sans peine d'abrutissant, en plus de prétentieux. Encore que Matrix Revolutions nous épargne les discours pompeux de Morpheus et tombe dans le cyber-cliché de films de guerre (le vieux qui passe le flambeau au jeune, etc.), ce qui rend plus facile d'accès le spectacle.

http://www.celebritywonder.com/wp/Hugo_Weaving_in_The_Matrix_Revolutions_Wallpaper_2_1024.jpg

Et spectacle il y a, car ça bourrine dans tous les sens, ça foisonne et les effets visuels sont vraiment bien foutus (la trilogie a plus de cinq ans et ne semble pas avoir pris une ride, à l'exception du premier film, trop ancré dans les années 90). Le côté technique n'a jamais été une faiblesse des Matrix, et c'est plutôt un bon point pour les années à venir où le numérique dégoulinant des films actuels a de quoi écoeurer (Transformers 2 ... Berk).

 

Et comme de coutume, j'attire l'intention une nouvelle fois sur la musique de Don Davis, qui livre là la partition la plus puissante et maîtrisée des trois épisodes. Rien que la musique d'introduction est un rêve éveillé. Et surtout, pour une fois, et contrairement aux CD consacrés à la BO des deux premiers films, la musique entière du troisième film est disponible à l'écoute et commercialisée, le tout sans s'embarrasser de morceaux de métal qui n'ont rien à faire là (et sont de toute façon absents de Matrix 3).

 


 

Et voici une des scènes que j'ai le plus appréciée. Non pas pour la scène elle-même mais pour sa musique (la piste Moribund Mifune). Comme quoi, la musique de films a un rôle plus important qu'on ne veuille bien le dire.


Partager cet article

Repost 0

commentaires

QStainer 16/08/2010 14:12


Halala ce matrix 3 ... Rarement je me suis autant fait chier devant un film au cinéma ! Ton article me donne pourtant envie de retenter le diable ...