Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 14:00

http://fr.web.img5.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/68/34/59/19254717.jpgA l'heure où les producteurs ne jurent principalement que sur les dessins animés réalisés sur ordinateur (ce qui donne lieu à du très bon, comme avec Pixar), il est parfois bon de revenir un peu en arrière, notamment à l'époque pas si lointaine où le numérique n'avait pas encore tout conquis et où son utilisation était parcimonieuse et discrète.

 

En 1999 sort Le Géant de Fer. Un dessin animé comme il en existe des tas et qui, s'ils n'ont pas la chance d'être estampillés Disney, périront rapidement dans l'oubli le plus total. Car ce dessin animé n'est pas un Disney. C'est un Warner. Un peu l'ennemi juré de Disney d'ailleurs, il y a un temps, puisque si Disney avait dans ses écuries Mickey, Donald et Dingo, Warner possède quant à lui Bugs Bunny, Daffy Duck, Bip-Bip et Coyote, et j'en passe. Heureusement, en 1988, une trève temporaire fut trouvée pour les faire coexister dans le cultissime Qui veut la peau de Roger Rabbit. Et puis, de toute manière, avec le temps, les choses ont évolué. Pixar est arrivé, Disney a eu quelques problèmes financiers, et Warner s'est progressivement tourné vers les adaptations animées des DC comics (Batman TAS et tout ce qui en a découlé, c'est Warner).

 

Fait intéressant : Le Géant de Fer a été réalisé par Brad Bird. Ce nom ne dit peut-être pas grand chose mais quand on s'aperçoit que le Monsieur est aussi le réalisateur de quelques-uns des meilleurs Pixar (Les Indestructibles et Ratatouille) ainsi que du Mission:Impossible 4 (considéré comme très bon), on se dit qu'on n'a pas affaire à n'importe qui.

 

On s'en rend d'autant plus compte avec Le Géant de Fer, dessin animé finalement assez audacieux, qui narre l'amitié naissante entre un petit garçon d'une dizaine d'années avec un robot géant venu de l'espace, le tout dans l'Amérique profonde de la fin des années 50 en pleine Guerre Froide. Le contexte a son importance car il participe majoritairement à l'ambiance générale du film, empreinte d'une certaine paranoïa, illustrée à merveille par le vilain de l'histoire : un agent du gouvernement dont la philosophie peut être résumée à "la meilleure défense, c'est l'attaque".

 

A cette ambiance assez inédite pour un long-métrage d'animation s'ajoute un traitement particulièrement soigné pour d'autres éléments, comme les personnages qui sonnent tout à fait juste et une animation de qualité. Il y avait pourtant de quoi craindre une approche purement puérile mais non. Le Géant de Fer évite à merveille ces écueils, là où n'importe quel Disney "classique" aurait foncé tête baissée. L'humour n'est pas en reste et va également plus loin que ce qu'on aurait pu penser, ce qui constitue une excellente surprise.

 

En témoigne l'utilisation d'un laxatif : assez inattendu pour un dessin animé alors que ce genre de gag se retrouve essentiellement dans les teen-movies graveleux du genre American PieL'émotion n'est pas en reste et le scénario traite de thèmes assez graves : la bombe atomique, la mort, le patriotisme aveugle... Le tout avec beaucoup de finesse.

 

Bien sûr, il faut garder à l'esprit que l'on a affaire à un dessin animé, donc le public principalement visé, ce sont les enfants. Cependant, il y a suffisamment de subtilités et de justesse dans le spectacle pour permettre à tout le monde d'y trouver son compte.

 

Le Géant de Fer constitue donc une véritable réussite, malheureusement trop discrète, mais les oreilles les plus attentives auront déjà eu l'occasion d'entendre à maintes reprises qu'il s'agit d'un très très bon dessin animé.

 

Espérons que la popularité sans cesse grandissante de Brad Bird achèvera de le remettre au goût du jour.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

visit here 16/09/2014 09:38

The iron giant gained a lot of popularity and was well received by audiences of all age around the world. It was one of the very few movies that attained success during the year of the release. I remember watching it along with my brother.