Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2010 1 09 /08 /août /2010 18:00

http://farm4.static.flickr.com/3273/2692442653_312b83c247_o.jpgLa saison 3 de Heroes n'était pas particulièrement attendue, la faute à une saison 2 trop molle, prolongeant une introduction déjà bien lourde avec la saison 1. La grève des scénaristes a aussi participé à faire de cette seconde saison une martyr, et l'avenir de la série créée par Tim Kring était sérieusement compromis. C'était sans compter sur la saison 3 qui, enfin, fait bouger les choses, au sens propre comme au figuré.

 

Car la saison 3, c'est avant tout la saison de l'action. Et de l'action quasi non stop, s'il vous plaît. C'est aussi la saison qui met sur le devant de la scène un des meilleurs personnages, à savoir celui de Sylar (est-ce un hasard si c'est ce même personnage qui apparaît au premier plan sur la jaquette du DVD?), dont la présence plutôt faible dans la saison 1 (on parle beaucoup de lui mais on le voit au final très peu) n'avait pas encore permis de se faire une idée définitive de son importance. Inexorablement, Sylar, c'est THE personnage de la série. Le méchant qu'on aime. Et plus que jamais, cette saison 3 lui donne enfin un rôle de première importance, quitte à éclipser d'autres héros.

 

Je vais ici parler de la première partie de la saison 3, qui se découpe en deux volumes : le volume 3 (Villains, qui est celui dont je vais parler ici) et le volume 4 (Fugitives, dont je parlerai plus tard).

 

http://mimg.ugo.com/200910/11531/heroes-franchise.jpgA mes yeux, la saison 3 de Heroes talonne de très près la saison 1 (définitivement la meilleure et la mieux construite, malgré certaines longueurs), mais elle lui restera malgré tout inférieure parce qu'elle n'est pas auto-suffisante. Le défaut principal de la saison 3, c'est qu'elle débute avec les tares de la saison 2. Heureusement pour elle, elle s'en débarrasse assez vite mais son rythme est hélas alourdi dès le début.

 

Le visionnage de la saison 2 n'est pas essentiel à la compréhension de la saison 3. Le hic, c'est que plusieurs personnages issus de cette saison 2 reviennent le temps de quelques épisodes et, compte tenu de la complexité, du nombre d'intrigues et de personnages (une marque de la série), il n'est pas inutile de connaître un minimum qui est qui, avec qui, et pourquoi. Mais ces personnages issus de la saison 2 sont les moins intéressants, et les scénaristes ont clairement tenté de s'en débarrasser le plus vite possible (une façon de s'excuser du flop de la saison 2?). Je prends l'exemple de Maya, sûrement le personnage le plus inutile de tous, qui se voit ancrée dans une love story ridicule et peu crédible, ou encore celui de Maury Parkman dont le sort minable est compensé par la justification du faux retour surprenant d'un personnage trop rapidement évacué lors de la saison 1.

 

Le truc qui peut aussi énerver dans la saison 3, c'est l'explication assez maladroite du retour de l'actrice Ali Larter (Nikki dans les saisons 1 et 2), qui revient dans le rôle d'une … soeur jumelle (Tracy Strauss). Plutôt mal foutu et trop tiré par les cheveux, ce personnage s'avérera plus intéressant par la suite (et même plus intéressant que le personnage de Nikki, qui était aussi plus un boulet qu'autre chose).

 

Mais ce sont là les seuls défauts du début de cette saison 3, dont le rythme s'accélère au fur et à mesure des épisodes, pour un spectacle frénétique et passionnant, qui offre enfin ce que le spectateur attendait depuis bien longtemps : de l'action. Car oui, mesdames et messieurs, la saison 3, comme je l'ai dit au début, est marquée par l'action. Et le thème du volume 3 s'y prête merveilleusement bien.

 

http://www.emagill.com/gallery/villains.jpgLa saison 1 (Volume 1 : Genesis) parlait de la découverte des pouvoirs, la 2 des erreurs des générations précédentes (Volume 2 : Generations). Dans ce volume 3, il est temps pour la génération actuelle de décider dans quel camp elle va se ranger : les gentils ou les méchants? Cette division un peu facile est surtout prétexte à annoncer un futur peu rassurant. Si, dans les saisons précédentes, on parlait de fin du monde et de contamination, nos héros ne sont plus confrontés à l'avenir du monde mais à l'avenir des gens possédant des pouvoirs. Un thème qui est donc bien plus égoïste, ce qui justifie la tournure résolument plus sombre que prennent les intrigues et les desseins des différents protagonistes. Car, plus que jamais, les héros sont ici confrontés au mal à l'état pur, ce qui se concrétise notamment par des criminels, qui possèdent eux aussi des pouvoirs, et parviennent à s'échapper d'une prison spéciale. Là où ça va devenir passionnant, c'est que ces criminels n'en sont pas toujours, et vice versa, puisque certains héros vont petit à petit basculer du côté obscur pour des raisons extrêmement compréhensibles (le personnage de Nathan, un des plus intéressants).

 

http://www.recapist.com/files/images/heroes-20080911104209489.jpgEgalement, certains spectateurs pourront être surpris par l'identité du bad guy de ce volume 3. Et pourtant, force est de constater que Villains est définitivement le volume qui s'insère le mieux dans la chronologie du volume 1, en témoigne le passionnant épisode 8, suite directe de l'épisode flashback de la saison 1 (l'épisode 1x10) et sorte d'introduction à l'introduction elle-même (à savoir l'épisode pilote 1x01). La preuve en image que l'univers bénéficie d'un soin particulier.

 

C'est aussi l'occasion de souligner la qualité et la justesse de la distribution (l'interprète du bad guy a définitivement la tête de l'emploi, au même titre que Jessalyn Gilsig, suffisamment et physiquement très proche de Hayden Panettiere pour jouer sa mère).

 

Autre qualité du show, c'est son aspect technique. Dès la saison 1, la réalisation cinématographique avait fait l'objet de pas mal de louanges. La saison 3 ne fait pas exception : effets spéciaux de bonne facture dans l'ensemble, décors fouillés, photographie travaillée...

 

Le spectacle est de qualité, et les erreurs récurrentes des deux premières saisons semblent avoir été prises en considération : un peu moins de personnages, plus d'intéraction entre eux, des intrigues plus courtes mais qui se dénouent plus vite, rythme accéléré... Les épisodes défilent, jusqu'à arriver à un final mitigé qui rappelle pour la troisième fois que les scénaristes ne savent pas finir leurs histoires, en témoigne le sort ridicule du bad guy (remember le combat pourri avec Sylar à la fin de la saison 1, et le duel mollasson avec Adam Monroe dans la 2). Heureusement, la disparition de ce dernier n'est pas prétexte à la fin complète du volume et son dernier et très mouvement épisode (l'épisode 13) amène de manière logique le volume 4, qui débute déjà sur les chapeaux de roue pour 12 épisodes encore plus effrénés.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Margot 10/08/2010 17:58


Hahah alors il me reste la saison 3 a voir =) youhou !!


Citizen Cancre 10/08/2010 19:34



Ainsi que la 4.



Margot 10/08/2010 16:30


C'est dans quelle saison que le japonais (dont je viens d'oublier le prénom) part dans les contrées des samourais pr rencontrer son héros de toujours ? j'ai un doute...


Citizen Cancre 10/08/2010 17:27



La saison 2.