Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 08:00

http://www.horrorphile.net/images/mary-shelleys-frankenstein-movie-poster1.jpg

Dédicace à ma Parisienne qui apprécie ce film autant que moi, si ce n'est plus : ho nooooo...

 

C'est peut-être prétentieux d'affirmer que le Frankenstein sorti en 1994 et réalisé par Kenneth Branagh est le meilleur film. En plus, j'avoue n'avoir pas vu les autres, et encore moins les célèbres opus avec Boris Karloff dans le rôle de la Créature.

 

Il n'empêche que, pour avoir lu le bouquin, le film de 1994 s'impose comme l'adaptation la plus fidèle à l'esprit du support écrit. C'est là la tâche la plus ardue pour une adaptation : ce n'est peut-être pas de faire rentrer le plus de pages dans un film, mais bien de faire ressentir au spectateur le même plaisir éprouvé par le lecteur à découvrir et à suivre l'histoire.

 

Honnêtement, le pari fut gagné pour conquérir tant le lecteur que le spectateur de Mary Shelley's Frankenstein que je suis, et pour une raison bien simple.

 

Depuis les débuts du cinéma, l'oeuvre de Mary Shelley fit l'objet de films d'épouvante. Pour cela, la Créature de Frankenstein fait maintenant partie des monstres les plus célèbres (et effrayants) du cinéma avec Dracula, la Momie ou les Loups-Garou.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/67/67/13/18992398.jpg

Pourtant, à la lecture du bouquin, ce n'est pas cet état d'esprit qui ressort. Mais la peur a toujours été le meilleur moyen de rameuter du monde. De même pour le dégoût. La preuve en est la prolifération des films d'horreur durant tout le XXème siècle, ou encore la popularisation des spectacles qui présentent pour seul attrait le fait d'être de véritables boucheries gratuites (tous les épisodes de Saw à l'exception du premier, ainsi que tous les ersatz sortis peu après qui ont tenté de copier le genre).

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/67/67/13/18992386.jpgL'oeuvre de Mary Shelley se présente plus comme une tragédie shakespearienne. Et qui d'autre à part Kenneth Branagh, acteur et réalisateur shakespearien par excellence, pouvait réaliser un film qui traduirait à l'écran une telle palette d'émotions?

 

Le long-métrage se présente ainsi comme une pièce de théâtre, que cela soit par sa réalisation, son interprétation ou ses costumes. Seule la musique (composée par Patrick Doyle) rappelle que l'on a affaire à un spectacle hollywoodien, produit par Francis Ford Coppola (le réalisateur du Parrain) qui est également à l'origine de l'adaptation shakespearienne d'un autre mythe du cinéma d'épouvante (le Bram Stoker's Dracula de 1992).

 

Le casting est assez bon lui aussi. Outre Kenneth Branagh lui-même qui se dote de la double casquette de réalisateur et d'acteur principal pour le personnage du savant Victor Frankenstein, on retrouve Robert De Niro dans le rôle de la Créature (la Créature et Frankenstein sont deux personnages distincts ; on fait souvent, et à tort, l'amalgame), Helena Bonham Carter (actuelle femme de Tim Burton, Marla Singer dans Fight Club), Tom Hulce (Amadeus), John Cleese (un des Monty Python) et Ian Holm (Bilbon Sacquet dans Le Seigneur des Anneaux).

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/67/67/13/18992406.jpg

Les effets spéciaux et maquillages sont aussi de bonne facture, et les thématiques visuelles du film sont en constante opposition : la haine et l'amour, l'incendie finale avec l'aventure en Arctique, la beauté et la laideur, le rouge pétant et le bleu grisâtre... Le spectacle peut aussi s'avérer assez difficile pour les âmes sensibles puisque quelques scènes de charcutage peuvent s'avérer redoutables (voire gratuites pour les plus médisants).

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/67/67/13/18992405.jpg

 

Pour ce qui est de la comparaison roman/film, les principales péripéties sont respectées. Pas mal de libertés sont prises également, notamment le final et l'apparition d'un mentor pour Victor (hihi, ça rime), mais elles s'intègrent correctement à l'ensemble et font du film de Kenneth Branagh une oeuvre intéressante, injustement boudée du grand public. C'est aussi une production old school à la manière du Bram Stoker's Dracula de Coppola, interprété par Gary Oldman, mais qui ne rencontra pas le même succès. Mary Shelley's Frankenstein mérite cependant d'être vu et demeure à ce jour le film le plus fidèle au roman d'origine par son orientation tragico-romantique.

 

 

Et vu que je n'ai pas beaucoup parlé de la musique du film dans les praragraphes ci-dessus, la vidéo ci-dessous permet de voir un extrait de la meilleure piste de la BO (The Creation) jouée par l'Orchestre Symphonique de Londres. Je trouve ça assez impressionnant pour ma part.

 

Et ci-dessous la scène illustrée par cette même musique :

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

QStainer 22/09/2010 10:30


Vraiment très bon ce Frankenstein, je n'ai pas lu le livre mais le film présente la créature sous un aspect limite touchant (cf la scène avec les paysans).