Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 16:20

http://olivier.quenechdu.free.fr/spip/local/cache-vignettes/L344xH475/une_nuit-56ce4.jpgNouvelle rubrique dans ce blog : la catégorie des films bière-et-pizza (B&P), encore appelés les films vide-tête ou BCBB (bien-con-bien-bon).

 

La fréquentation de mon blog a fortement chuté ces deux derniers jours. Il faut dire qu'on ne peut pas tenir un rythme de deux à trois articles par jour sans tomber, un moment ou à un autre, en panne d'inspiration. Et le public, qui n'aura pas reçu sa dose d'écrits sensationnels et judicieux (j'aime me jeter des fleurs à mes heures perdues), ne trouvera plus grand intérêt à venir ici, ce que je comprends parfaitement.

 

J'espère donc relancer la fréquentation avec mon avis très subjectif sur le film culte d'une génération : Une Nuit en Enfer (de son titre original From Dusk Till Dawn). Le terme "culte" est peut-être un peu gros. Il n'empêche que ce film reste culte dans une certaine mesure. Il n'est pas culte comme Le Parrain ou Pulp Fiction, encore qu'il faille avouer qu'Une Nuit en Enfer reste indubitablement un film non-officiel de Quentin Tarantino, un réalisateur qui ne laisse pas indifférent : certains s'extasient sur son génie (qui consiste à faire du neuf avec du vieux) pendant que d'autres le trouvent très surestimé (ceci est également mon avis).

 

Il n'empêche que le bonhomme sait y faire pour livrer des films BCBB, même quand il n'est pas officiellement crédité en tant que réalisateur alors qu'il est évident qu'il est le type qui a tout fait.

Dans Une Nuit en Enfer, il est modestement crédité en tant que scénariste tandis que son pote de toujours, Robert Rodriguez, l'est au poste de réalisateur.

 

Il est intéressant, à ce titre, de constater à quel point les films de Rodriguez sont appréciés quand Tarantino est derrière lui, en témoigne Sin City et le très bon Planète Terreur (sorte de Nuit en Enfer 2 spirituel et non avoué).

En dehors de ça, Rodriguez a su livrer, à lui tout seul, la bouse répondant au nom de Spy Kids dans lequel des enfants, en apprenant que leurs parents sont des agents secrets ayant été enlevés, deviennent à leur tour des 007 en culotte courte. Un divertissement bas de gamme d'une bêtise sans nom dont je n'explique toujours pas le succès qui a amené à la mise en chantier de pas moins de deux suites (!).

 

http://chicago.metromix.com/content_image/full/841838/560/370Une Nuit en Enfer, c'est avant tout une série B totalement déjantée, qui commence en road movie classique :  deux frères gangsters tentent de passer la frontière mexicaine sans se faire rattraper par les autorités, ils rencontrent au cours de leur périple un prêtre et ses deux enfants qu'ils prennent en otage et dont ils comptent se servir pour arriver au pays des sombreros.

Le résumé laisse apparaître un film classique, bien américain, avec ses paysages typiquement américains, sa musique typiquement américaine, ses flics et ses bagnoles typiquement américains... Bref, ça sent bon le vieux polar old school made in oncle Sam. Pas de quoi sauter au plafond, à part peut-être un casting assez intéressant, puisqu'on y retrouve un George Clooney directement sorti de la série Urgences, le grand Harvey Keitel, la prometteuse Juliette Lewis et ... Quentin Tarantino en personne dans le rôle d'un des frères gangsters totalement déséquilibré.

 

La patte de Tarantino est donc indéniable, tant dans l'histoire qu'il a écrite que dans la réalisation qu'il n'a soi-disant pas faite. Cela s'en ressent même dans les dialogues (l'échange entre les deux frères dans la supérette lors de la scène d'intro).

 

http://kkbbapparel.com/wp-content/uploads/2009/11/Savini.sex.jpgLe ton est léger (comprendre par là que ça ne se veut pas moralisateur et encore moins grandiose), le fond est plutôt malsain... On respecte les codes des films policiers de seconde zone à l'ancienne. Seulement voilà : le hic intervient à la fin de la première heure de film quand les héros s'arrêtent dans un bar à putes au Mexique. Le film policier cède alors sa place à un ... film de vampires. Après une somptueuse danse de la sublissimime Salma Hayek, on se rend compte que le bar est tenu par une bande de vampires qui profite de la soirée pour se faire les dents (au sens propre) sur les malheureux routards qui se sont arrêtés boire un coup. Ca tranche, ça saigne, ça gicle... C'est totalement décérébré et purement gratuit. On ne sait même pas ce que ça vient faire dans cette histoire de fuite a priori banal. C'est un peu comme si le scénariste avait fumé un joint entre deux pages et s'était dit : "Et si, comme ça, sans prévenir, je foutais des vampires qui massacrent tout le monde dans le bar?". Difficile d'imaginer une autre explication tant le retournement de situation provient de nulle part. Tant mieux d'ailleurs, diront certains, l'histoire policière était un peu chiante sur les bords. Le massacre en délire nous amène dans une direction qu'on attendait pas, et le côté légèrement comique de la première partie cède à ce qui pourrait s'assimiler à un gros foutage de gueule. Pourtant, il n'en est rien : le spectacle est franchement drôle et on ressent le profond désir de plaire au public en lui livrant ce qu'il aime, à savoir du gore gratuit, de l'humour morbide et un côté pas sérieux qui s'assume totalement.


Les connaisseurs ne seront pas en reste puisque le film est parsemé de clins d'oeil. Outre la patte de Tarantino, on retrouve aussi des gueules du cinéma de seconde zone (Danny Trejo, Fred Williamson) ainsi que le légendaire Tom Savini (un célèbre concepteur d'effets spéciaux) dans le rôle de l'inoubliable Sex Machine et de son arme pour le moins originale.


Pour conclure, Une Nuit en Enfer, c'est le divertissement ultime BCBB et P&B qui n'en fait pas plus que ce qui est demandé, et qui fait passer un bon moment pour peu qu'on aime les séries B et/ou Tarantino.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chewie 28/06/2010 13:27


Après visionnage de ce film à ta maison (et du superbe gâteau d'anniversaire =P) je dois dire que j'ai l'impression d'avoir vu deux films (et je suis juste un peu déçue de ne pas avoir vu la fin du
"premier")

Juste deux trucs à redire : c'est pas un prêtre qu'ils emmènent, mais un pasteur (le pasteur est protestant et le prêtre catholique, mais on s'en fiche) c'est juste qu'un prêtre n'a normalement pas
d'enfants.

Et Spy Kids, que j'ai vu quand j'étais petite, bah il m'avait bien plu quand même...


QStainer 28/06/2010 11:53


Mouhahahaha les films de décérébrés avec de la barbaque qui vole, c'est trop fort ! Dans ce genre très gore très con très bon y'a aussi Braindead :p


Margot 27/06/2010 18:14


Haaaaaaaa enfin un nouvel article (crie la foule de fans en délire) !!!! J'aime te jeter des fleurs gratuitement, ça fait du bien et ça sent bon =)
"Une nuit en enfer" je ne pourrais etre de ton avis que sur le film en version vampires, je n'ai jamais eu l'occasion de voir la première partie !! a chaque fois qu'il passe à la tv je choppe
toujours au mm passage : boucherie sanglante gratos...! de ce qu'il y parait il ressemble comme tu dis à un bon film qui se laisse voir sans réfléchir et franchement par moments ça fait du bien ^^