Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 19:45

 

1Essayons au moins un article par jour. Décidément, tenir un blog n'est pas chose facile, contrairement à ce qu'on peut penser (sauf si on se contente de publier des photos tout le long). Il faut trouver un bon sujet, être inspiré, avoir le temps et surtout (surtout!) l'envie. A l'heure où j'ai rédigé ceci (jai fait un brouillon papier ; ça m'a fait plaisir de revenir à l'écriture à l'ancienne), je suis à mon boulot et m'octroie une petite pause de dix minutes. Un stylo et un papier trainaient dans le coin, et l'idée d'un sujet pour le blog m'a traversé l'esprit tel un pan de mur dans la tête de Lady Di.


Le sujet du moment? Le canard le plus riche du monde. Et ceci n'est pas un billet sur une drôlerie juridique où une vieille milliardaire a légué en clamsant sa fortune à un idiot de canard. Non, je parle ici d'un personnage singulier créé en 1947 par Carl Barks (qui, malgré ce qu'a dit un ami qui me manque énormément, n'a pas écrit "Le Badifeste du bardi gobbudiste"). Ce personnage est aussi l'oncle d'un autre personnage bien plus connu dont la particularité est un défaut d'élocution et le fait qu'il porte tout le temps une vareuse. L'oncle, c'est Balthazar Picsou (Scrooge McDuck, en anglais).


Ce midi, après avoir grailla ma salade pâtes-surimi (vendredi, jour du poisson forever), je vais au Le Clerc culturel qui fait, depuis que le marchand de journaux du coin a fermé, point presse. En me dirigeant vers le rayon BD, je passe devant le coin presse jeunesse, là où on aperçoit les traditionnels Journal de Mickey et autre Super Picsou Géant. Qu'y vois-je? Le 11ème tome hors-série Picsou Magazine, à savoir Les Trésors de Picsou : Picsou contre Gripsou! J'ai déjà les tomes 1, 2, 5, 7, 9 et 10. La particularité de ces "trésors", c'est que ce sont des recueils des histoires de Donald et Picsou, à raison d'une dizaine d'histoires pour chaque tome. Ces recueils sont thématiques et certains ont été consacrés à certains personnages particuliers (Miss Tick, Les Rapetous, Gripsou) pour rappeler la première fois qu'ils apparaissent ainsi que leurs histoires les plus emblématiques.


La raison pour laquelle j'affectionne ces "trésors", c'est aussi parce que ce sont les rares magazines DIsney français à publier les histoires écrites et dessinées par Keno Don Rosa, l'auteur qui est sûrement le premier à avoir donné autant de profondeur à l'univers des canards de Donaldville.


http://vinsharp.ifrance.com/images_jeunesse_picsou/jeunesse_picsou_picsou_hors_serie.jpgMais Don Rosa est aussi et surtout le génial créateur de La Jeunesse de Picsou (JDP), fresque dantesque en 15 épisodes narrant comment et pourquoi Balthazar Picsou, jeune Ecossais de 13 ans, dernier rejeton d'un clan ayant perdu toute sa gloire et ses richesses, part aux Etats-Unis y faire fortune, après avoir été payé non en shilling mais en dollar (monnaie qui n'avait pas cours à l'époque), dollar qui deviendra d'ailleurs le fameux Sou Fétiche.


Vous attend à partir de là un merveilleux voyage aux quatre coins de l'Amérique et du monde où l'impétueux canard, honnête et travailleur, va au cours de ses expériences développer son côté rusé et pingre qu'on lui connaît aujourd'hui, ainsi que laisser une petite trace fictive dans l'histoire du monde entre 1877 et 1947.


Cela sera aussi l'occasion pour lui de faire la connaissance, directement ou non, consciemment ou non, de ses ennemis jurés, à savoir notamment la première génération des Rapetous menés par Gracié, Archibald Gripsou et Howard Flairsou.


Encore mieux, la JDP est, summum du summum, prétexte à découvrir des personnages encore jamais vus tels les parents de Donald ainsi que, de manière très brève, la future maman de Riri, Fifi et Loulou (qui ne s'est jamais demandé où elle est partie, celle-là?)!


La création de Donaldville n'est pas non plus épargnée, puisque son fondateur, Cornelius Ecoutum, n'est autre qu'un ancêtre de Donald du côté de sa mère (je crois d'ailleurs que Cornelius est le père ou le grand-père de Elvire Duck, plus connue sous le sobriquet de Grand-Mère Donald).


Le côté dramatique n'est pas en reste puisque la JDP est une oeuvre mature empreint parfois de moments hautement déprimants (en témoignent les fins des épisodes 9 et 11).


Il faut aussi souligner le dessin : Don Rosa a un style bien à lui, fouillé, précis et foissant. Il a aussi su créer des histoires prenantes et des personnages travaillés.


Vraiment, la JDP est la meilleure BD Picsou du marché. Un futur grand classique du genre, qui ne bénéficie toujours pas, à ce jour, d'une édition digne de ce nom en France, c'est-à-dire un bel album relié et cartonné. Au lieu de ça, il faut guetter chez les marchands de journaux et creuser dans les brocantes pour trouver ces trésors!


A (re)découvrir d'urgence!

Partager cet article

Repost 0
Citizen Cancre - dans BD-Mangas
commenter cet article

commentaires

nayermas 12/06/2011 01:00


il y a une petite faute dans cet article :
il est dit que parmi les ennemis de picsou, il y a howard flairsou. au fait, l'ennemi c'est "crésus/john" flairsou qui est un ennemi. son pere howard flairou, au contraire, a appris la prospection
à picsou et lui a permis de gagner 10 000dollars( en vendant la mine d'anaconda que picsou venait de gagner grace a une loi).


QStainer 19/07/2010 13:54


Ah ben tiens, je me demandais quand est-ce que tu allais en parler de la Jeunesse de Picsou ! :D


Citizen Cancre 19/07/2010 19:05



Figure-toi que moi aussi^^ Et encore, je pense pas avoir tout dit sur le canard le plus riche du monde!!