Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 08:00

http://www.commeaucinema.com/images/galerie/big/167514_619a741bdd32caebb9e2eda3f2477411.jpg Huit saisons? Scrubs en est déjà à huit saisons?!! Damn it ! Fou que le temps passe vite! Bon, faut dire que l'année précédente n'avait pas été bien folichonne (merci la grève des scénaristes), vu que la saison 7, bien que très sympathique, ne comptait que onze épisodes.

 

Là est l'occasion avec cette huitième fournée de repartir pour une bonne vingtaine d'épisodes plus fous les uns que les autres! Seulement voilà : huit saisons, ça commence à faire un chiffre. Et on commençait déjà à nous mettre la puce à l'oreille avec le disparition de Laverne dans la saison 6 ainsi que le départ à la retrait de Kelso dans la saison 7. Il était inéluctable que Scrubs allait prendre fin. Et pas question de décevoir les fans. Car la saison 8, à la manière de ce qui se fait depuis la saison 5, cible essentiellement les fans. Les vrais. Le noyau dur. Ceux qui connaissent quasiment tous les épisodes par coeur et qui sont capables de réciter les répliques du docteur Cox (croyez-moi, ça tient de l'exploit). Ceux qui sont définitivement les seuls à comprendre les private jokes qui parsèment maintenant la totalité des épisodes depuis plus de trois ans.

 

Pour cette raison, cette saison 8 n'est pas celle qu'il faut choisir pour s'initier à l'univers de JD et de Turk. Loin de là. Fuyez comme la peste cette édition et plongez-vous dans n'importe quelle autre (à part peut-être la 6 et la 7), car si Scrubs est une série hilarante, la saison 8 fait quasiment figure d'exception. Le côté comique est toujours présent mais il a décidé de souvent prendre congé au cours de 19 épisodes qui font ressentir la véritable conclusion aux aventures du Sacré-Coeur. Hormis le guest-star sympa mais lourdingue de Courteney Cox (que l'on retrouvera un an plus tard dans Cougar Town, la nouvelle série de Bill Lawrence), les intrigues et rebondissements se concentrent grandement sur un passage de flambeau (les nouveaux internes), la fin d'une époque (Cox devient directeur de l'hosto), l'entrée définitive dans la vie d'adulte (JD se case définitivement) et les perpétuelles remises en cause (JD, Turk et Elliot ne sont plus des élèves et doivent assumer leur rôle de modèle pour les générations futures).

 

http://www.a-suivre.org/usa/IMG/jpg/Season-8-Promo-scrubs-2638545-1050-1344.jpg


Est-ce un hasard si les délires de JD sont plus rares et moins déjantés? Est-ce une coïncidence si chaque épisode se termine de manière assez mélancolique et fatiguée? Le plus représentatif est sûrement le deuxième épisode qui se consacre essentiellement exclusivement à une soirée que passent Turk et JD à discuter avec un patient en phase terminale. Pas franchement marrant pour une sitcom.

 

C'est sûrement le principal reproche à faire à cette saison 8 : en plus de sentir la fin, ça sent aussi la lassitude. Une lassitude quasi-palpable dont on ressentait déjà la présence auparavant, mais qui n'a jamais été aussi forte que maintenant.

 

La conclusion se fait cependant en beauté. La saison 8 met gentiment en place les rouages, et s'il existe bien une saison 9 (pâle remake), nul doute que Scrubs first generation s'éteint pour de bon.

 

http://series-tv.premiere.fr/var/premiere/storage/images/series/news-series/scrubs-sarah-chalke-bientot-a-la-maternite/26688220-1-fre-FR/Scrubs-Sarah-Chalke-bientot-a-la-maternite_image_article_paysage_new.jpg

De manière comparative, on est loin des débuts et on sent que les années ont passé. Les ressorts comiques qui n'ont jamais cessé d'être les mêmes depuis la saison 1 sont usés. Les scénaristes le sentent, et les acteurs aussi (certains disparaissent même durant plusieurs épisodes). Dans cette ultime saison (que seuls les fans sauront apprécier à sa juste valeur, même s'il s'agit sûrement de la moins bonne de toutes, sans prendre en compte la 9), Scrubs tire sa révérence et dit doucement adieu à son public, tel un patient qui se sait condamné et accepte son sort, non sans avoir combattu courageusement la maladie.


http://tvmedia.ign.com/tv/image/article/980/980793/ScrubsFinale_1241732432.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires