Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 08:00

http://i2.cdiscount.com/pdt/4/8/3/1/f/8717418139483.jpgAprès des saisons 3 et 4 sympathiques mais assez redondantes, la cinquième fournée de Scrubs vient donner un sérieux coup de fouet.

 

Un sérieux coup de fouet qui intervient surtout du côté de l'humour (définitivement non stop) et du rythme de chaque épisode (plus d'intrigues qui durent donc individuellement moins longtemps).

 

Cette saison 5 est bizarrement une de mes préférées, et j'ai du mal à définir pourquoi. Plus drôle et plus délirante, les moments dramatiques se font plus rares et pourtant plus intenses. La saison 5 est aussi l'occasion de s'intéresser aux personnages secondaires les plus caricaturaux, histoire de leur donner une épaisseur dont on soupçonnait d'ores et déjà l'existence. Perry Cox semble avoir eu une enfance bien difficile (en témoigne la visite de sa soeur), Bob Kelso cache le fait qu'il souffre des affreuses décisions qu'il prend pour l'hôpital, et le Concierge s'avère avec le recul un pauvre type.

 

Bien sûr, vu comme ça, cette saison apparaît vachement sombre par moments. Il est vrai que, comme toujours, les scénaristes savent faire la part des choses et parviennent toujours à alterner les intenses moments de rigolade avec de la tristesse et de la mélancolie plus que sincères.

 

http://img.over-blog.com/600x450/0/38/57/25/divers-03/divers-3/Scrubs.jpg

On poursuit d'ailleurs la voie du cartoon ouverte par la saison 3, puisque JD est plus que jamais un gentil benêt, et Elliot une véritable névrosée. Cela ne les empêche pas pour autant d'évoluer, et une grosse partie de la saison va s'intéresser à la péripétie ultime de la vie de couple : l'attente des enfants (Carla et Turk en veulent un et vont rencontrer pas mal de difficultés).

 

Il est facile de trouver les défauts et de s'y attarder. Chercher des qualités est plus difficile, et quand on les trouve, on n'ose pas vraiment développer de peur d'exagérer. Pour la saison 5 de Scrubs, c'est un peu la même chose. Pas beaucoup de défauts pour cette édition (à part peut-être une certaine lourdeur dans les gags, mais on commence à être habitué), et pas mal de qualités. A consommer sans modération.

Partager cet article

Repost 0

commentaires