Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 08:00

http://static.letsbuyit.com/filer/images/fr/products/original/229/3/scrubs-saison-2-22903822.jpegLa saison 2 est un cap difficile pour toutes les séries TV qui se respectent. Fort du succès de la saison 1, les scénaristes doivent redoubler d'efforts pour livrer un spectacle dans la digne continuité sans perdre en qualité. Pour cette raison, les saisons 2 sont souvent considérées comme les pires (Heroes) ou comme les meilleures d'un show.

 

Heureusement pour Scrubs, nous sommes dans le deuxième cas, et cette saison 2 s'avère bien supérieure à la 1. La continuité est effectivement assurée par le gros bordel commis par Jordan lors du dernier épisode de la première saison. On reprend donc directement avec un épisode 2x01 qui narre les conséquences qui font que chaque personnage en veut à un autre pour des raisons latentes qui nous ont été exposées au fil des épisodes précédents (Elliot toujours amoureuse de JD, Cox craquant pour Carla, Kelso manipulant Cox, JD ayant couché avec Jordan sans que Cox ne le sache).

 

Plus encore, la saison 2 se permet d'aller plus loin dans les relations humaines en faisant intéragir des personnages qui ne se sont jamais confrontés lors de la saison 1 (Cox et Elliot, le Concierge et Turk). A ce titre, le côté humain (et surtout sentimental) prend le dessus cette année : Cox renoue avec son passé, Carla et Turk passent un cap dans leur histoire d'amour, JD souffre plus que jamais de la solitude devant tous ses amis et collègues en proie aux bonheurs et (surtout) difficultés de la vie de couple, etc.

 

On sort ainsi plus souvent du cadre de l'hôpital, même si celui-ci est toujours irrémédiablement présent dans la vie des protagonistes et est d'ailleurs assimilé par le héros comme un monstre détruisant tout ce qui est beau (en témoigne la "panne" de JD au moment de passer à l'action avec la jolie fille de la boutique).

 

La saison 2 permet aussi de débuter la tradition des guest-stars, à savoir l'arrivée de nouveaux personnages qui resteront le temps de quelques épisodes au générique, et généralement interprétés par des personnalités déjà célèbres du monde des séries TV, du cinéma ou de la musique. Le premier épisode commence directement avec un JD poursuivi par le musicien Colin Hay, qui lui chante une chanson plus que jamais en phase avec les difficultés éprouvées en conséquence des révélations de Jordan (culpabilité, peur). J'en profite pour signaler un défaut du DVD où, contrairement à la diffusion TV, la traduction sous-titrée en Français des paroles chantées en Anglais est absente. Dommage car les choix musicaux de Scrubs ne sont pas faits au hasard et les paroles des supers chansons qu'on y entend résonnent en écho aux intrigues de chaque épisode.

 

 

On continue la ronde des invités avec la sublime Heather Locklear (qui fera tourner la tête à tout l'hôpital sans distinction de sexe), Alan Rucke et Richard Kind (ces trois acteurs ayant déjà collaboré avec le créateur de Scrubs sur la série Spin City). Sans oublier la mignonne actrice Amy Smart (L'Effet Papillon), dramatiquement sous-estimée et trop souvent cantonnée aux rôles de potiche blonde (Hyper Tension, Starship Troopers). Citons également l'apparition de Dick Van Dyke en gentil grand-père totalement dépassé par les progrès médicaux.
http://skyplayer.sky.com/SVOD/SKYENTERTAINMENT/IMAGES/Disney/Scrubs/Series%202/L_Scrubs_s2_ep7.jpg
La mise au premier plan des relations sentimentales ne fait toutefois pas d'ombre à l'humour ambiant puisque les délires vont encore plus loin, et ce sans tomber dans la gratuité (contrairement aux saisons 5 et 6, légèrement victimes de leur lourdeur). De même, le côté humain s'efface le temps de quelques épisodes pour laisser place au cartoon pur et dur où tous les personnages se cassent la figure sans arrêt et sans raison.

La saison 2 ose aussi des situations inédites, quitte à bafouer la bonne morale (coucher avec la veuve lors d'un enterrement), et réussit des jeux de cache-cache amoureux assez clichés sans verser dans le gnangnan (la demande en mariage de Turk).
http://blog.neovov.com/images/2007-01/series/scrubs.jpg
Plus égocentrique encore, JD commence à laisser la place à d'autres personnages le temps d'un épisode, pour ce qui est de rythmer la vie de l'hôpital via la voix-off. Dans un touchant épisode intitué Son histoire, le docteur Cox devient le narrateur principal et permet de nous en apprendre plus sur sa personnalité de grincheux perpétuel. Cela deviendra d'ailleurs une tradition puisque, à partir de là, la quasi-totalité des saisons suivantes se verront gratifiées d'un épisode où tous les personnages prendront tour à tour le rôle de narrateur (Turk, Carla, Elliot, Kelso, le Concierge... et même Jordan, Todd et Ted) dans des épisodes intitulés Son histoire II, III, etc.

 

Scrubs est aussi une série qui cherche à plaire à son public, et surtout à ses fans. En témoigne l'histoire du générique de la saison 2 qui fut rallongé pour pouvoir inclure le personnage du Concierge, avant d'être finalement supprimé, afin de conserver un générique court  (moins de 10 secondes) et de faire durer le plus possible chaque épisode (et éviter les pertes des précieuses minutes déjà rongées par le générique de fin).

 

La saison 2 de Scrubs est donc encore mieux que la première qui mettait la barre déjà bien haut. Elle est aussi la saison la plus "sérieuse" avec la saison 1, avant que la série ne verse encore plus profondément dans le cartoon à partir de la saison 3.

Partager cet article

Repost 0

commentaires