Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 20:46

HP1-Cover.jpg

Parce que, plus que jamais, je suis un véritable adorateur des musiques de films (encore dit bandes originales ou B.O.), je me devais de revenir sur le CD qui m'a fait découvrir cette matière. Et ce CD, c'est bien sûr celui de la BO du premier film Harry Potter.

Sentimentalement parlant, je me sens donc obligé d'acquérir, et ce jusqu'à ce qu'ils soient tous sortis, les CD de la musique de la saga composée des huit films.


Je me demande d'ailleurs si la musique de "Harry Potter 7" fera l'objet de un ou deux CD.


Bref, ce qui suit est mon avis sur les six premières BO!



Harry Potter and the Philosopher's Stone (2001) - John Williams
Quand cela fait un certain nombre d'années qu'on s'est plongé dans la musique de films, un nom tel que celui de John Williams fait trembler. Celui que l'on aime à appeler "le dinosaure de la musique de films" n'est autre que celui à qui on doit la majorité des thèmes les plus mémorables du cinéma du dernier quart du XXe siècle : Star Wars, Indiana Jones, Les dents de la mer, Superman... Rien d'étonnant d'apprendre que c'est à ce grand monsieur que l'on a confié la musique de la très attendue adaptation cinématographique de Harry Potter.
Et pour la peine, difficile de bouder son plaisir! Cependant, si on notera que John Williams a bel et bien son propre style, ce n'est pas dans cette B.O. qu'il compte le renouveler. En effet, les béophiles qui ont déjà écouté inlassablement les CD du "dinosaure" retrouveront de nombreuses similitudes avec d'autres oeuvres du compositeur. Ainsi, le "Hedwig's Theme" ressemble de très près à "The Dance Of The Witches" du film "Les sorcières d'Eastwick" et les orchestrations de ce premier Harry Potter sont identiques à celles de "Hook".
Mais le meilleur avec John Williams, c'est qu'on ne se lasse pas. Bien que son style soit aisément reconnaissable, la virtuosité des instruments utilisés ne laisse aucune place à l'ennui : tout se mêle magnifiquement bien puisqu'on retrouve un côté magique, mystérieux, espiègle, enfantin et, au fur et à mesure qu'on progresse dans le CD, la musique se fait également plus sombre jusqu'à faire penser aux pistes les plus ténébreuses de la saga Star Wars. Le thème de Voldemort en est un parfait exemple et fait directement écho à la célèbre Marche Impériale. Il est juste dommage que ce thème ne réapparaitra pas au-delà du second film, ce qui va sérieusement se répercuter sur la continuité musicale de la saga à cause des changements de compositeurs et de réalisateurs.

Harry Potter and the Chamber of Secrets (2002) - John Williams

A la première écoute, il est normal de trouver que cette seconde B.O. soit très similaire à la précédente : la majeure partie des thèmes reviennent et souvent au même endroit, de surcroît. Il faut dire que les deux premiers films se ressemblent également beaucoup, les péripéties étant quasiment symétriques (départ des Dursley, trajet jusqu'à Poudlard, match de quidditch). Mais John Williams a su apporter la touche de nouveauté nécessaire pour ne pas que l'on s'ennuie dans cette oeuvre qui reste jusqu'à ce jour la plus riche en thèmes mémorables. En faisant abstraction de ceux qui apparaissaient déjà avant (le Hedwig's Theme, le thème de Voldemort, celui plus intime des parents de Harry...), il faut ajouter à cela le majestueux thème de "Fawkes the Phoenix", celui plus sombre de "The Chamber of Secrets", le motif sautillant de "Dobby the House Elf" ou encore la marche grandiloquente et prétentieuse de "Gilderoy Lockhart".

Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (2004) - John Williams

Ce troisième épisode se caractérise par le premier changement de réalisateur : Chris Columbus cède la place à Alfonso Cuàron qui apporte une touche de maturité et de froideur bienvenue dans un univers qui n'a de cesse de s'assombrir. La musique de John Williams suit ainsi cette mouvance et si la continuité musicale n'est pas très atteinte, elle ne reste hélas pas intacte puisque le "Hedwig's Theme" finit par se faire détrôner par "Double Trouble", un motif moyen-âgeux qui n'en reste pas moins inapproprié, puisque le côté ancien se ressent également au niveau des images du film (photographie plus sombre, décors plus poussiéreux).
Là où le bât blesse, c'est dans les nouveaux thèmes. Si la B.O. de Harry Potter 3 reste sûrement la plus inventive, la plus inspirée, la plus sombre et la plus violente, elle marque moins les esprits que les précédentes. Les nouveaux thèmes (le thème de Buck, de Double Trouble, de Peter Pettigrow) ont beau être là, ils ne se retiennent pas si facilement, la faute peut-être à des orchestrations résolument plus simples. Néanmoins, les fans de John Williams seront comblés car ce CD est immanquablement marqué par la touche "star-warsienne", comme si John Williams avait fait une répétition générale en 2004 sur Harry Potter 3, un an plus tard avant la sortie de l'épisode 3 de la saga de George Lucas.

Harry Potter and the Goblet of Fire (2005) - Patrick Doyle

Nouveau réalisateur mais également nouveau compositeur pour ce quatrième épisode. La devise? Le côté british très mis en avant puisque, pour la première fois, le réalisateur et le compositeur sont britanniques (notons que Harry Potter est à la base une oeuvre anglaise).
La continuité musicale se brise complètement ici. Il est évident que passer après John Williams n'est pas une mince affaire et qu'il faudra faire preuve d'indulgence envers Patrick Doyle, compositeur plutôt bon mais trop classique et au style plus que pompeux.
La musique adopte ici un côté beaucoup plus festif puisque cet épisode est marqué par un tournoi entre trois écoles de magie. Les cuivres et les percussions sont donc mis à l'honneur et la majorité des pistes de Harry Potter 4 sont des musiques glorifiantes et victorieuses à souhait. Mais Patrick Doyle arrive à instituer un climat plus lourd avec un nouveau thème pour Voldemort. Il est au passage dommage qu'il n'ait pas repris celui de John Williams. D'ailleurs, seul le Hedwig's Theme sera ici repris, et de manière plutôt succinte (deux fois dans le CD, quatre dans le film).
Gros coup de griffe cependant pour cette B.O. qui aurait gagné des points si toute la musique apparaissant dans le film était retranscrite dans le CD : on a réellement l'impression qu'il manque 20 minutes de musique lors de l'écoute. Où est passé le motif mystérieux qui se fait entendre lors de la présentation de la Coupe de Feu? Ou encore la musique pesante qui illustre la révélation finale sur Maugrey? Dommage.
Mais Patrick Doyle a fait un bon boulot. Il n'égalera pas John Williams mais sa reprise du Hedwig's Theme, résolument plus sombre et violente, qui apparaît dans la première piste du CD, "The Story Continues", reste sûrement une des meilleures variantes du célèbre thème.

Harry Potter and the Order of the Phoenix (2007) - Nicholas Hooper

Avec Nicholas Hooper, c'est la débandade. Pour un compositeur qui n'a jusque là travaillé que sur des téléfilms, composer la musique du cinquième Harry Potter est une véritable aubaine. Hélas, on sent que le monsieur est bien trop inexpérimenté. Sa reprise du Hedwig's Theme est assez simpliste et la mélodie mélancolico-dramatique qui accompagne l'introduction fait justement trop penser à un téléfilm. Heureusement, le CD s'en sort avec quelques pistes bien senties comme "Professor Umbridge" ou "The Ministry Of Magic".
Mais le bilan final reste plus que mitigé. Pas (ou trop peu) de thèmes marquants, motifs qui se veulent tristes de manière trop gratuite... Grosse déception. La musique de Harry Potter 5 est sûrement la plus mauvaise. Dommage car ce n'est pas le cas du film.

Harry Potter and the Half-Blood Prince (2009) - Nicholas Hooper

On pouvait craindre le retour de Nicholas Hooper à la musique de ce sixième opus. Et force est de constater qu'à la première vision du film (et à la première écoute du CD), le compositeur n'a guère fait de miracle. Néanmoins, il s'est grandement amélioré. La musique d'introduction est très réussie (peut-être est-ce dû aussi aux images très fortes dominées par un gros plan de Harry meurtri par le récent décès de son parrain) et le thème associé à Dumbledore illustre à merveille le côté tragique qui va dominer le final de cet épisode.
Nicholas Hooper compose aussi quelques thèmes fort sympathiques tels que celui de Slughorn et de la potion de Felix Felicis. On saluera également deux pistes, "Living Death" et "The Book", qui apportent une touche de légèreté bienvenue à l'ensemble grâce à ses accents humoristiques, et deux autres, plus orientées action, telles que "Ron's Victory" (qui s'offre le luxe de reprendre le thème de "Quidditch, Third Year" de Harry Potter 3) et "Of Love & War" (dommage que le morceau ne soit pas entendu durant le film). Mais la sixième année dans Harry Potter correspondant à la saison des amours, deux pistes ("Harry & Hermione" et "When Ginny Kissed Harry") illustrent à merveille les péripéties sentimentales des jeunes héros.

Harry Potter and the Deahtly Hallow (2010-2011)
Nicholas Hooper a exprimé son désir de ne pas revenir pour le dernier épisode divisé en deux parties. On a beaucoup parlé du retour de John Williams et on ne pouvait s'empêcher de trembler d'excitation devant ce que ce "dinosaure" de la musique de films pourrait faire pour cet opus riche en actions (on imagine déjà une musique digne de l'épisode III de Star Wars, sûrement une des meilleures BO de John Williams). Mais c'est officiellement le compositeur français Alexandre Desplat qui est chargé du boulot. Pas moins de quatre compositeurs au style bien différent pour une saga de huit films... Difficile d'assurer la continuité avec ça!.
..

Partager cet article

Repost 0

commentaires