Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 08:00

Il y a des jours comme ça où on n'a pas forcément envie de se casser la nénette sur les films qu'on a récemment vus. Plutôt que de me concentrer sur des avis parfois obscurs ayant la prétention de dire pourquoi tel ou tel film mérite d'être visionné ou non, je vais être plus direct sur :

1) Expendables : Unité Spéciale

2) L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (quel titre à rallonge!)

 

 

http://www.kinomax.fr/images/Arnaud/A-F/PosterExpendables27.05.20092.jpgRéunir tous les Musclors des films d'action tant récents qu'anciens pour en faire un gros spectacle pétaradant sentant bon le pop-corn movie à l'ancienne, c'est un peu un fantasme de cinéphiles, au même titre qu'une confrontation Al Pacino/Robert De Niro.

 

Sylvester Stallone a voulu concrétiser ce fantasme avec Expendables. Inutile de dire que le principal attrait de cette réalisation est bien évidemment son casting. Hélas, le reproche à faire est que ce casting est peut-être trop spécialisé et que ce qu'aurait vraiment voulu le spectateur moyen, c'est plus une confrontation entre Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger et Bruce Willis (qui n'a jamais rêvé de voir Rambo, Terminator et John McLane se foutre des mandales?).

 

Malheureusement, Expendables, ce n'est pas ça. A part une petite scène de cinq minutes qui confronte réellement les trois acteurs qui viennent d'être cités (ce qui donne lieu à quelques répliques vraiment sympathiques), le reste n'est pas décevant, mais pas transcendant non plus (vous me direz, c'était prévisible).

 

A part le casting plus jeune (Jet Li et Jason Statham), il faut réellement connaître un minimum le reste de la distribution pour apprécier pleinement cet hommage. En ce qui me concerne, le nom de Randy Couture m'est inconnu, et Dolph Lundgren m'évoque vaguement Universal Soldier et d'autres séries B du même genre. De même qu'Eric Roberts ne parlera pas vraiment à tout le monde, même si on a pu le voir dans The Dark Knight et Heroes, et qu'il est accessoirement le frère de Julia Roberts. Je pense donc ne pas être le seul à regretter qu'une trop grosse partie du casting ne résonne pas plus que ça dans les esprits, et que certains acteurs (tels Jean-Claude Van Damme, Steve Seagal ou encore Jackie Chan) ne soient pas de la partie (parce qu'ils ont refusé ou n'ont pas été approchés).

 

Petite déviation : je viens de voir en cherchant l'ortographe exacte du nom de JCVD que son vrai patronyme est Jean-Claude Camille François Van Varenberg (pas de doute! c'est un Belge!). Et j'ai d'un coup eu le fash ultime d'une affiche de film arborant ce nom complet. Avouons que ça ne fait pas sérieux pour un Musclor...

 

Bref, je reprends sur Expendables, qui est bien sûr un film d'action très old school, malgré l'usage de techniques modernes (un peu comme pour Indiana Jones 4) qui ne font pas toujours dans la dentelle (explosions et boucherie plutôt fun). Côté scénario, on ne va pas chercher bien loin puisqu'il faut à tout prix débrancher son cerveau quand on compte mater ça. Il reste quand même que le truc le plus profond du film reste le passage du flambeau que peu de gens auront loupé, surtout quand on voit la nature des relations entre les personnages de Jason Statham et de Sylvester Stallone (plus père/fils ou mentor/apprenti que fraternelles).

 

Le bilan dans tout ça, c'est que Expendables reste assez spécialisé. Pour faire simple, si vous n'avez jamais aimé les films d'action, et encore moins les acteurs qui se prêtent à l'exercice, passez votre chemin. Pour les autres, vous passerez un bon moment, mais ne serez jamais parfaitement comblés (sauf peut-être si l'intégralité du casting vous évoque de merveilleux souvenirs).

 

 

http://data0.eklablog.com/reitog/mod_article45861.jpg

Sans transition, je passe au film suivant : L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford. Mon dieu! Quel titre affreusement long! Comme le film d'ailleurs, qui dure vraiment 2h30. Et ce ne sont pas 2h30 comme j'en vois dont on dit qu'il font 2h30 et se finissent au bout de 2h10 (ou encore de 2h). Non, là, je parle de 2h30 réelles et authentiques, qui filent lentement. tTès lentement. Trop lentement.

 

Non pas que le film est nul. Ah ça non! Je pense juste qu'il faut être dans l'état d'esprit du truc. Sans quoi, on passera à côté et on se fera chier. Car, indéniablement, le spectacle est maîtrisé de bout en bout. Image sublime, musique à tomber (j'ai déjà commandé le CD), paysages magnifiques, acteurs au top... Pour un film, c'est un beau film.

 

J'ai réussi à me mettre dans le trip western contemplatif, car je savais que c'était indispensable pour apprécier pleinement cette oeuvre vraiment longue dans laquelle entrer n'est pas aisée, mais dont il est, une fois passé la porte, difficile d'en sortir (sauf si on n'est pas dans le bon état d'esprit, hélas!).

 

Personnellement, je me suis mis volontairement en état de fatigue extrême pour me lancer dans un visionnage complet à 23h pour que je ne sois pas tenté d'arrêter en plein milieu sans jamais reprendre.

 

Je ne saurais trop vous conseiller de "ralentir" votre esprit (sans me vanter, je pense être trop vif...) et de vous laisser porter par la musique, les images et l'interprétation des acteurs. Outre Brad Pitt qui est un acteur que j'apprécie drôlement (Fight Club) quand il sort de ses rôles de beau gosse (Mr & Mrs Smith), et ce malgré sa voix française qui ne sied pas du tout à son timbre de voix originale (il a le même doubleur que Keanu Reeves), la révélation du métrage est sans conteste Casey Affleck (frère de Ben), qui ne bénéficie pas non plus d'un doublage VF parfait, mais qui est vraiment touchant et profond dans L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford (damn it! je savais que je serais amené à retaper ce putain de titre en entier).

 

Bien sûr, je n'insisterai jamais assez sur le fait que le film est atrocement long et que, même d'un point de vue contemplatif, on aurait sérieusement apprécié qu'il soit raccourci d'une petite demie-heure. Mais une fois rentré dedans et dès que débute le délicat générique de fin, on se dit qu'on a passé un beau moment, au sens noble du terme.

 

Et finalement, je me rends compte que, même quand je veux être simple et direct dans mes écrits, je n'y arrive tout bonnement pas. Tant pis. Citizen Cancre rules!

 

P.S. : nouvel achat hier. Et pas un petit : la saison 8 de Scrubs en DVD! Hahaha!


Partager cet article

Repost 0

commentaires