Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 08:00

http://blog.cheesefingers.com/wp-content/uploads/2007/07/agent47.jpgJ'avais déjà parlé du film. J'avais aussi évoqué le prochain épisode ainsi que le dernier en date (Hitman : Blood Money) dans un seul et même article. Vu que je me suis récemment remis aux épisodes 2 et 3 sur PC, pourquoi ne pas en parler un petit peu?

 

Bref rappel du concept : Hitman est un jeu d'infiltration où on incarne l'agent 47, un mec hyper classe en costume noir et cravate, chauve (ça fait vraiment distingué pour le coup) et tatoué à l'arrière du crâne (un code-barre). Le jeu se décompose en missions plus ou moins longues dont le but est de remplir des objectifs. Le plus souvent, il s'agira de tuer quelqu'un (l'agent 47 est un tueur à gages) mais cela peut aussi être voler des documents, falsifier des preuves, détruire un système de sécurité, et j'en passe.

 

L'attrait principal du jeu réside surtout dans la manière de remplir ces objectifs. On a bien sûr des armes à feu (pistolet, fusil, mitraillette), des armes blanches (couteau, poignard) et même des armes assez originales (club de golf, scalpel, queue de billard) pour faire du dégât assez important. Mais le must reste l'équipement de base, à savoir le sédatif (immobiliser sans tuer) et la corde à piano (l'arme emblématique de la série). Propre, discret, efficace. On est un professionnel ou on ne l'est pas.

 

Dans cet article, j'aurais bien voulu parler des trois premiers épisodes de la saga vidéoludique mais ne connaissant pas assez le premier opus (qui a salement vieilli, même s'il bénéficie de la meilleure histoire), je me contenterai de donner mes impressions sur les deuxième et troisième épisodes.

 

http://www.gamepapers.com/wallpapers/Hitman%202/wallpaper-Hitman-2-001.jpg

 

Commençons tout de suite avec Hitman 2 : Silent Assassin (H2). Sûrement un des meilleurs épisodes, si ce n'est le meilleur pour ceux qui n'ont pas été convaincu par Hitman : Blood Money (H4), parce qu'il est celui qui a le plus grand nombre de missions à la difficulté savamment dosée.

 

H2 est aussi l'épisode qui introduit, si je ne m'abuse, le système des statistiques pour évaluer les compétences du joueur sur la manière dont il a rempli la mission. Se concentrer exclusivement sur l'objectif en ne faisant aucun dommage collatéral (ne tuer personne d'autre à part la cible) et en ne se faisant pas repérer permet d'atteint le rank suprême : le silent assassin, traduit en français par "assassin invisible". A défaut, plus il y a de morts et de bruit, plus on descendra dans le niveau : professionnel, ombre, boucher, simplet, terroriste...

 

 

Cela n'a aucune incidence sur la suite mais pour finir le jeu en débloquant toutes les armes, il faut finir tous les niveaux en silent assassin. Surtout que les armes débloquées sont les plus dévastatrices, même si, dans une mission qu'on tente de faire en voulant atteindre le rank suprême, elles sont inutiles car bruyantes et encombrantes.

 

http://static.blogstorage.hi-pi.com/photos/araknyde.blog.jeuxvideo.com/images/gd/1202038231/Redemption.jpg

H2 est aussi un des épisodes les plus aboutis du point de vue graphique. L'architecture des décors est impressionnante et variée (Russie, Moyen-Orient, Italie, Inde), même pour un jeu sorti en 2002.

 

Niveau animation des personnages, c'est autre chose. Outre l'agent 47 qui bénéficie de pas mal de mouvements qu'il réalise avec une classe innommable, les personnages non joueurs (PNJ) sont assez limités dans leurs actions (toujours les mêmes) et leur look (à chaque niveau, on a droit au même modèle multiplié par 20). Leur intelligence artificielle est assez aléatoire également puisqu'on se fait parfois surprendre sans savoir pourquoi alors qu'on pensait avoir été discret et vice-versa (on est bruyant et on passe quand même à travers les mailles du filet). Je mentionne aussi un point faible du jeu (la faute à son âge) qui veut que, dès qu'on est déguisé, on n'a plus le droit de courir. Pour les ennemis, un type qui fait son jogging est forcément suspect et, pour cette raison, il faut lui tirer dessus, même quand tous les personnages autour prennent leurs jambes à leur cou.

 

Niveau musical, H2 est aussi un des meilleurs. La musique a été composée par Jesper Kyd (une sommité dans la BOJ) et interprétée par l'orchestre de Budapest. La musique du menu est tout simplement grandiose.

 


En somme, H2 se présente comme un excellent jeu d'infiltration qui a bien sûr vieilli (on ne prend pas huit ans dans les dents sans en subir les conséquences) mais qui bénéficie d'une aura exceptionnelle, notamment grâce à son charismatique héros.


http://img.jeuxvideo.fr/00224850-photo-hitman-contracts.jpg

Considéré comme le vilain petit canard de la série à ce jour, Hitman Contracts (H3) est handicapé pour trois principales raisons.

La première (essentiellement technique) vient du fait que le moteur graphique n'a quasiment pas changé depuis H2. Cela assure peut-être une continuité entre les deux épisodes mais, en deux ans, on aurait espérer des graphismes améliorés, d'autant plus que H3 est un peu moins beau que H2 (un comble!) et que les cinématiques sont un peu loupées (floues et pixellisées... on se croirait dans celles du premier Driver). On retrouve aussi les mêmes problèmes d'intelligence artificielle et de redondance du look des PNJ.

http://media.giantbomb.com/uploads/0/2748/182011-agent47_large.jpg
Ensuite, la seconde raison est scénaristique. Alors que H1 et H2 offraient des missions en lien avec le scénario,  les objectifs de 47 dans H3 sont le fruit de ses souvenirs. Le héros, blessé, délire et se remémore d'anciennes exécutions, tant et si bien qu'elles n'ont aucun lien entre elles. Si certains niveaux sont vraiment sympathiques et bénéficient d'une ambiance glauque et travaillée (l'abattoir et l'asile font froid dans le dos), d'autres sont des remakes du premier jeu Hitman, ce qui nous amène au troisième et dernier point des griefs à faire à H3.

En effet, la moitié des missions qu'on retrouve dans cet épisode sont des versions améliorées des exécutions faites dans le premier jeu : l'hôtel, le resto chinois, etc. Un peu moyen pour les fans de la première heure qui peuvent légitimement se sentir roulés, même si ces niveaux sont graphiquement améliorés et offrent, semble-t-il, plusieurs manières d'atteindre les objectifs. Cependant, pour ceux qui n'ont jamais touché à H1, c'est bien entendu tout nouveau et là, ils se font plaisir (ça a été mon cas).

Ainsi, à part ces trois aspects, le jeu reste plus qu'agréable mais extrêmement avare en réelles innovations (saluons le mode furtif un peu plus rapide que dans H2), même si je déplore un nombre de missions assez limité (même si les niveaux sont sacrément grands!) et une musique (toujours composée par Jesper Kyd) trop atmosphérique et pas assez thématique, contrairement à celle de H4 (et son désormais très célèbre Ave Maria). Sans compter un doublage français qui, en dehors de ceux de l'agent 47 et de Diana, sont très approximatifs et mal synchronisés pour ce qui est du temps de réponse entre deux répliques. Il n'en reste pas moins un bon jeu dans la digne continuité du précédent et qui annonce à merveille le suivant.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires