Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 12:00

http://www.pur-cafe.com/blog/wp-content/retour-vers-le-futur.jpeg

 

Dans le paysage cinématographique actuel, on n'a pas d'équivalent de Retour vers le Futur (BTTF, ou Back To The Future en VO), à savoir ce cocktail explosif d'humour et de fantastique. Les films traitant du voyage dans le temps sont souvent trop sérieux et préfèrent se consacrer aux risques qu'engendrerait une telle technologie si elle était découverte, le tout sans humour et en abordant le ton post-apocalyptique.

 

BTTF aborde le même thème mais avec un enthousiasme non dissimulée, des rebondissements improbables, des personnages caricaturaux à souhait (le gringalet, le savant fou, la grosse brute, la nunuche) et surtout un superbe thème musical héroïque et entraînant signé Alan Silvestri (la musique a un rôle prépondérant dans toute la trilogie parce qu'elle s'apparente un peu à celle qu'on entend lors des vieux cartoons avec ses cuivres et percussions brusques).

 

http://medias.fluctuat.net/films-posters/2/9/2947/retour-vers-le-futur-2/affiche-1.jpgL'idée de BTTF est venue aux deux scénaristes (Robert Zemeckis et Bob Gale, surnommés "les deux Bob") lorsqu'ils se sont demandés s'ils s'entendraient bien avec leurs parents s'ils les avaient rencontrés lorsqu'ils avaient tous 17 ans. Là est le fil rouge du premier épisode, le plus léger, plus calme et plus posé de la trilogie puisque le héros principal, Marty McFly, se retrouve en 1955 et empêche par mégarde la rencontre entre ses deux parents, alors adolescents, sa mère jetant alors son dévolu sur lui (complexe d'Oedipe inversé?).

 

Ajoutez à cela l'ambiance des années 50, les clins d'oeil à l'avenir (Ronald Reagan président? Quelle blague!) et les improbables rebondissements (jamais un plan ne se passe comme prévu), et on obtient un divertissement ultime qui donnera lieu à deux suites, toutes aussi fructueuses et fidèles à l'idée d'origine.

 

Car une chose qu'on peut dire en regardant la trilogie dans son ensemble, sans aborder les préférences de chacun relatives à tel ou tel épisode, c'est qu'elle est hyper bien construite, très cohérente et quasi sans faute (exceptons les erreurs de montage ou les anachronismes qui se comptent sur les doigts de quatre mains mais qui n'altèrent en rien le plaisir éprouvé lors du visionnage).

 

http://filmsdefred.unblog.fr/files/2009/04/retourverslefutur2.jpgRetour vers le Futur 2 est de loin l'épisode considéré comme le meilleur des trois, et à raison : rythme effréné, rebondissements nombreux, pas moins de trois époques différentes (2015, 1985 alternatif, 1955), les situations cocasses s'enchaînent sans temps mort... On ne s'ennuie pas une seule seconde et on s'étonne que le film soit déjà fini alors qu'on n'a pas l'impression qu'il ait réellement commencé. L'épisode 2 est aussi le plus paradoxal puisqu'il est celui qui a été tourné le plus à la va-vite selon les dires des créateurs de la série, tandis que l'épisode 3, qui a été confectionné avec plus de temps, apparaît comme le vilain petit canard de la trilogie pour l'ensemble des spectateurs (ce qui est souvent le cas des épisodes 3, cf. Jurassic Park 3 et Le Parrain 3).

 

Pour autant, les épisodes 3 sont parfois loin d'être de mauvais films. Ils ont hélas la tâche principale de passer après deux excellents premiers épisodes, challenge rarement gagné. Retour vers le Futur 3 est donc assez décevant car il passe après le frénétique épisode 2 sans en restituer la folie. Car ce troisième épisode apparaît plus dans la lignée du tout premier, à savoir une seule époque et un problème avec la machine à voyager dans le temps (la mythique DeLorean), ce qui force les héros à trouver un autre moyen pour rentrer, ce qui donnera lieu au final le plus impressionnant de toute la trilogie : la scène de la locomotive.


http://medias.fluctuat.net/films-posters/5/9/5923/retour-vers-le-futur-3/affiche-1.jpgTechniquement aussi, l'épisode 3 est aussi un des plus réussis, car la reconstitution de l'époque 1885 est superbe, et comme j'avais déjà pu le lire ailleurs (désolé si je ne me rappelle plus de la source), l'opus est tout aussi drôle que les précédents, car en ligne directe avec le premier opus (comme par exemple Marty qui prend un nom hyper connu en 1985 : Pierre Cardin/Calvin Klein dans le 1, Clint Eastwood dans le 3).


Retour vers le Futur 3 apparaît donc comme tout aussi essentiel que les deux autres car il participe au même titre que ses deux grands frères à la cohérence de la saga qui paraîtrait bien déséquilibrée sans lui, les thèmes abordés dans l'ensemble des trois films se complétant parfaitement (les parents de Marty, la génération Tannen et la love story de Doc Brown)

 

En cela, Retour vers le futur est une trilogie qui mérite d'être vue plus que toutes les autres (rarement une série de trois films n'aura été aussi bien construite), même si elle a tendance à prendre un sacré coup de vieux (plus de vingt ans). Et surtout, il faut espérer qu'avec la mode des quatrièmes épisodes (Indiana Jones, Die Hard, Rambo), un Retour vers le futur 4 ne verra jamais le jour.

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

QStainer 02/08/2010 13:45


Mac Flyyyyyyyyy !


Citizen Cancre 02/08/2010 14:25



Comment t'écris ça, espèce de traître à ton rang de Fan-BTTF??? Sacrilèèèèège!