Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 08:00

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/69/21/18949753.jpgLes reboots pour les films de superhéros deviennent monnaie courante ces temps-ci. A l'heure où l'on loue la tentative plus que réussie de Christopher Nolan avec Batman et où on se demande à quoi ressemblera le nouveau Spider-Man de Marc Webb prévu pour 2012 (serons-nous encore vivant d'ici là?), place au reboot du Géant Vert.

 

En 2003 sortait Hulk, réalisé par Ang Lee, avec Eric Bana et Nick Nolte. Le film, surfant sur la vague des succès engendrés par X-Men et Spider-Man ne rencontre pas la popularité, la faute à un scénario qui se permet de modifier les origines de Bruce Banner, ce qui n'a pas plus aux fans.

 

Pour autant, ce Hulk est loin d'être un mauvais film pour l'auteur de ces lignes. Bien que néophyte en ce qui concerne le comic (ce qui me permet de ne pas faire la douloureuse comparaison papier/écran) j'ai trouvé que l'histoire se suivait bien malgré de légères longueurs occasionnées par le développement assez poussé de la psychologie des personnages, et ce au détriment de scènes d'action assez rares.

 

Quoiqu'il en soit, la décision de faire un reboot fut prise, en confiant la réalisation au Français Louis Leterrier (Le Transporteur) et le rôle principal à l'excellent Edward Norton (Fight Club). Le résultat final sortit durant l'été 2008, une semaine avant Wall-E et trois semaines avant The Dark Knight.

 

Paradoxalement, L'incroyable Hulk reprend là où le premier Hulk s'était arrêté, en montrant un Bruce Banner traqué par l'armée. Ne s'embarrassant pas de narrer le comment du pourquoi, le générique de début résume en trois minutes et en quelques plans astucieux l'accident au laboratoire qui affecte Bruce, ainsi que les relations qu'il entretient avec sa petite amie et le père de cette dernière qui ne peut plus le blairer depuis sa transformation.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/69/21/18927326.jpg

 

Hulk étant un superhéros qui subit plus son pouvoir qu'il n'en profite, le réalisateur met l'accent sur le côté maudit du personnage principal, et ce durant tout le film, en témoigne la scène finale où le Géant Vert doit fuir sans profiter de sa victoire sur le bad guy avant qu'on ne le neutralise lui aussi.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/69/21/18925836.jpg

Mais là où le film de Louis Leterrier se distingue de celui de Ang Lee, c'est en terme de rythme et d'action. Les péripéties s'enchaînent sans temps mort, et l'action (les fuites perpétuelles de Banner ou les gros combats de Hulk) dépote pas mal. La caméra a su retranscrire la puissance de la créature dans sa façon de se mouvoir et surtout dans son look. Un vert terne plus proche du gris, des veines qui sortent... On se croirait devant un Sangoku en Super Saiyen 3. Les combats sont aussi très brutaux, et la destruction des infrastructures massive. Hulk est d'ailleurs présenté dans le film comme une bête sauvage qui ne se domine pas, en témoigne la première transformation où on ne l'aperçoit que par bribes à cause de l'obscurité et où il attaque les militaires de la même manière que ce qu'on peut voir dans un film d'horreur classique (les pauvres soldats étant happés dans les ténèbres pour ne plus revenir).

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/69/21/18925838.jpg

 

L'incroyable Hulk s'en sort donc pas mal de ce côté-là, pour peu qu'on adhère au style bourrin du réalisateur. Malheureusement, ce reboot ne possède pas que des qualités. Outre un casting assez convaincant (Edward Norton et Tim Roth en tête), le spectacle se termine sans donner l'impression d'avoir réellement commencé. De même que le bad guy du film bénéficie véritablement d'une psychologie primaire là où on aurait pu s'attendre à un développement plus poussé. Je passe volontairement une love story assez cucul dont le principal attrait est de montrer une Liv Tyler sans cesse larmoyante qui a clairement abusé du botox dans les lèvres avant chaque prise. La galerie des autres personnages reste plus que stéréotypée et les fans souriront devant les apparitions de Stan Lee (le créateur de Hulk), de Lou Ferrigno (le Hulk de la série TV) et même ... surprise à la fin. Le long-métrage se base donc essentiellement sur Bruce Banner, ce qui n'est pas plus mal d'une certaine manière, et on peut regretter que certaines scènes coupées assez fortes (je pense à ce qui aurait dû être la scène d'intro où Bruce Banner, errant dans la montagne, tente de mettre fin à ses jours mais échoue en se transformant) n'aient pas été incluses dans le montage final.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/65/69/21/18925839.jpg

 

Le bilan de tout ça reste un agréable film de super héros mais qui reste encore trop en surface et qui, surtout, ne s'affiche pas comme auto-suffisant, la faute à l'impression de prolongation due au générique-résumé-introduction et à une fin largement ouverte qui laisse augurer un projet sympathique mais dont on attend encore des nouvelles.

Partager cet article

Repost 0

commentaires