Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 20:00

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/00/02/53/09/affiche2.jpg 2002, ça commence à dater. Je m'en rends pas compte. C'était y a presque huit ans. C'était la sortie de Harry Potter et la Chambre des Secrets. J'étais en troisième. A cette époque, j'étais insensible aux Disney. Même à Pixar (auquel j'ai réellement commencé à m'intéresser à partir de 2004).

 

2002, c'était encore la période où sortait à chaque Noël le nouveau grand film de Walt Disney. En l'occurrence, il s'agissait là de La Planète au Trésor, dont le titre plus qu'évocateur, ne laissait aucun doute sur la marchandise. Disney n'a jamais fait dans l'originalité à ce moment précis : Aladdin, La Belle et la Bête, Tarzan, Hercule, Le Bossu de Notre-Dame... A part reprendre une histoire archi-connue en l'infantilisant à outrance, tout en assurant un spectacle visuel et musical de toute beauté, il était difficile de ne pas considérer la maison de Mickey comme une honteuse profiteuse reposant sur ses acquis, plus préoccupée par l'écoulement des produits dérivés que sur la qualité, pourtant bonne, de ses oeuvres.

 

Bien sûr, Disney véhicule cependant, toujours et malgré tout cette impression de livrer des spectacles qui méritent le coup d'oeil, sur un point comme sur un autre, même si on trouvera toujours quelque chose sur tel ou tel domaine.

 

Une chose est sûr pour ce qui concerne La Planète au Trésor : ce n'est pas du côté de l'histoire qu'on va chercher le petit plus (le classique de la littérature revisité à la sauce futuriste). Encore moins au niveau casting où, en France, on se chope David Hallyday (insupportable) et Lorant Deutsch (encore plus insupportable), sans parler de personnages stéréotypés au possible.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/00/02/53/09/ph2.jpg

Par contre, niveau technique, on peut tout simplement se mettre à genoux et implorer le respect, même si la transition entre le dessin animé "à la main" et le dessin animé "à l'ordinateur" est encore trop voyante. La réalisation de la Planète au Trésor est à ce titre incroyablement rythmée. Les couleurs, les effets de lumière, les mouvements de caméra... Disney n'a jamais menti sur ce point, et ça constitue indéniablement le point fort des dessins animés du studio sortis les années précédentes.

 

Même au niveau musical, excepté deux chansons affreuses (on a de la chance, y en a que deux justement), la musique de James Newton Howard, très classique, est diablement efficace, surtout dans les scènes d'action, qui ne manquent pas et évoquent furieusement l'envolée du Tapis au sein de la Caverne aux Merveilles dans Aladdin.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/00/02/53/09/ph3.jpg

Il n'y a pas grand chose de plus à dire sur cette Planète au Trésor, dessin animé Disney extrêmement classique, qui remplit honorablement son but : émerveiller les petits, énerver les adultes quand ça ne bouge pas (mais heureusement, ça bouge), et faire chier un peu tout le monde sur le message cucul-la-praline du genre "aie confiance en toi, etc".

Partager cet article

Repost 0

commentaires