Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 08:00

  http://www.cinema-france.com/images_1/f0f0ff6697b1d921e39c780ad7ebc13a20090110171435.jpgDans la continuation de ce qui a été fait avant avec John Williams, je m'intéresse cette fois à Danny Elfman.

 

Un nom assez original, qu'on n'oublie généralement pas quand on l'aperçoit dans un générique.

 

De la même manière que John Williams, Danny Elfman a livré de nombreux thèmes mémorables. Et à la manière de John Williams, il est aussi le compositeur attitré d'un autre grand réalisateur, Tim Burton, et ce depuis 1985 (avec Pee Wee Big Aventure, dont le thème principal aura été repris pour une pub de chocolat Milka).

 

Le compositeur a ainsi marqué la musique de films par de nombreux motifs souvent réutilisés et considérés comme de grands classiques (Beetlejuice, Batman...).

 

Fan de Bernard Herrmann (le compositeur attitré de Alfred Hitchcock), Elfman lui rendra en quelque sorte hommage dans le Batman Theme, très (trop?) fortement inspiré de la musique du Voyage au centre de la Terre de 1959.

 

 

 

Elfman composera aussi la musique de Batman Returns (mon film préféré!) et la piste d'introduction (Birth Of Penguin) est considérée pour beaucoup (dont moi) comme une de ses meilleures oeuvres.

 

 



Mais pour avoir rencontré le succès de ces deux B.O., Elfman se verra injustement cantonné au statut de compositeur de musique de films de superhéros, avec trois films de Sam Raimi : Darkmarn (1990) Spider-Man (2002) et Spider-Man 2 (2004). Sans oublier le Hulk de Ang Lee (2003).

 

Or, c'est avec son travail pour les films de Tim Burton que Elfman va connaître une véritable consécration. Après le Batman de 1989 suit Edward aux mains d'argent, considéré comme le meilleur film de Tim Burton ainsi que la meilleure musique du compositeur (réutilisée dans quelques pubs du Parfum Chanel n° 5). Sans parler du l'Etrange Noël de M. Jack (Nightmare Before Christmas) où il prête sa voix au personnage du héros quand il chante (le culte What's This?).

 

 


 

Il est vrai que ces CD doivent être possédés par tous les béophiles, si ce n'est pas déjà fait, car absolument toutes les pistes (ou presque) sont SUBLIMES. Même les non béophiles sont susceptibles d'y trouver leur compte.

 

Autre élément à noter : vers la même période, Elfman compose aussi le thème culte d'une série qui l'est tout autant, Les Simpson, où, comme pour Edward..., il développe une thématique musicale "banlieusarde" qu'il reprendra en 2004 pour le thème du générique de Desperate Housewives.

 

 

 

La particularité de la musique de Danny Elfman réside aussi dans l'utilisation récurrente des choeurs (on parle souvent de "choeurs elfmaniens"), surtout ceux de jeunes garçons, ce qui confère à la musique, blague de mauvais goût mise à part, une certaine beauté.

 

Les meilleurs travaux de Elfman se retrouvent sur la quasi-totalité des films de Tim Burton, cinéaste dont il retranscrit musicalement et à merveille l'ambiance particulière ("burtonienne"). Mais le compositeur s'en tire aussi avec quelques compositions "hors Burton" toutes aussi réjouissantes mais ne valant surtout que pour les thèmes principaux plutôt bien travaillés (Men In Black, The Frighteners). Il signa aussi quelques partitions de jeux vidéos, dont celle de Fable.

 

Hélas, aujourd'hui, en dehors des films de Tim Burton (Alice... est le dernier en date), Danny Elfman ne livre plus grand chose de bien intéressant et semble s'être conformé dans un style très conventionnel et peu marquant, en témoignent ses plus récentes oeuvres (Terminator Salvation et Wolfman). Ca change radicalement de son premier boulot pour Tim Burton, en écoute ci-dessous.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires